Accueil

Jansénisme Thèse

Photos

CV

Liens

Privé

Université

Lycée

Histoire des Arts

Bonnes adresses

Archives

Me contacter

Jansénisme-Thèse

Thèse

Mes recherches portent sur l'épiscopat français du premier XVIIIe siècle (1704-1754) et sur les liens de ces prélats avec le jansénisme. L'historiographie traditionnelle a essayé de définir des camps et de classer les prêtres. On ne pouvait être que bulliste ou janséniste. Emile Appolis dans son ouvrage Le Tiers Parti Catholique au XVIIIe siècle a montré qu'il existait une tierce tendance ni janséniste, ni ultramontaine, dont l'intérêt pour les affaires du temps était plus que fluctuant. Il s'agit donc d'affiner cette remarque et de montrer que les fameux "camps" traditionnels ne sont qu'illusion et qu'un même prélat peut passer d'un augustinisme très rigoriste voire jansénisant, à un bullisme intransigeant.

Les différents travaux qui ont été faits sur le clergé au siècle des Lumières ont fait la part belle aux curés, mais le haut clergé dans son ensemble a été assez peu étudié. Si Michel Peronnet a consacré sa thèse aux évêques de l'Ancienne France, il a beaucoup insisté sur le caractère administratif de l'évêque, mais il s'est peu intéressé aux personnalités qui sont fondamentales pour comprendre les évolutions des prélats. En matière de religion comme de politique, les affinités sont parfois plus importantes que les principes ...

Evêques du XVIIIe siècle

Le corps épiscopal est assez méconnu au XVIIIe siècle. Si quelques grandes figures émergent, il n’en reste pas moins qu’elles représentent une toute petite minorité de ces prélats. Pour palier cette lacune de l’historiographie, j’ai entrepris de constituer une prosopographie de ces personalités si importantes dans la vie religieuse française. J’ai choisi de présenter sur cette page les biographies des évêques du XVIIIe siècle pour lesquels j’ai aussi découvert un portrait afin de donner plus de chairs à ces hommes.

Documents

Les chercheurs en histoire religieuse se heurtent souvent à un certain nombre de difficultés qui peuvent se résoudre facilement grâce à quelques repères pratiques. J’ai choisi de présenter ici quelques documents qui peuvent se révéler être des outils assez utiles pour ceux qui travaillent sur des sujets voisins. Du texte de la Bulle Unigenitus à La Tour de Babel, un classement des évêques en fonction de leur attitude face à l’acceptation de la constitution, j’ai aussi choisi de présenter quelques textes qui peuvent se révéler d’une grande utilité pour les amateurs d’histoire religieuse moderne et janséniste.

La Religion en Images

Le XVIIIe siècle a connu une très forte production d’images imprimées. La querelle janséniste a été relayée de manière constante par des caricatures, ou au contraire des éloges figurés des différents partis. Les austères ouvrages de théologie sont très souvent illustrés par d’admirables gravures réalisées par les plus grands peintres du temps ; par exemple le Missel de Paris dont les quatre frontispices ont été exécutés par Boucher lui-même. On ne l’attendait pas forcement dans ce registre, lui que l’on connaît surtout pour ses magnifiques odalisques. Les images religieuses présentées ici ont un intérêt historique et contribuent à mieux connaître certains aspects de la religion catholique du siècle des Lumières, mais elles ont aussi un aspect esthétique indéniable qui les fait participer pleinement à l’art du règne de Louis XV.

Nouvelles ecclésiastiques

Les Nouvelles ecclésiastiques naissent à la suite de la fulmination de la bulle Unigenitus. Circulant sous la forme de nouvelles à la main depuis 1713, elles paraissent régulièrement de 1728 à 1803, à raison de cinquante-deux livraisons par an. Journal de la persécution, elles rapportent tous les faits, les livres, les thèses et les débats qui expliquent la situation – déplorable selon elles – de l’Église de France. Parmi les acteurs les plus présents, on compte les magistrats, les curés mais surtout les évêques. Pour en faciliter l’accès aux chercheurs, nous avons entrepris un dépouillement systématique de toutes les occurrences des noms de prélats entre 1713 et 17541. La base de données ainsi constituée est en ligne et peut être interrogée.

1 Voir Olivier Andurand, Roma autem locuta, Les évêques de France face à l’Unigenitus, Ecclésiologie, pastorale et politique dans la première moitié du XVIIIe siècle, thèse univ. Paris Ouest Nanterre La Défense, 2013, Vol.2, Annexe 53.